Articles

6
résultats trouvés
1 - 6 de 6 résultats
Date:
Fadoua el Filali est responsable de la cellule de prise en charge pour les femmes victimes de violences au tribunal de première instance de Salé. Elle aide depuis de nombreuses années les femmes victimes de violences à accéder à la justice et à d'autres services essentiels. Récemment, elle a travaillé pour trouver de nouveaux moyens d'atteindre et d'aider les femmes pendant la pandémie de la COVID-19...
Date:
Saliha Najeh, Cheffe de l'Unité de Prise en charge des femmes victimes de violence relavant de la Préfecture de de Police de Casablanca s'est engagée à faire de son unité un lieu sûr pour les femmes et les filles qui subissent des violences dans toute la ville...
Date:
J'ai toujours eu peur de la police. On entend des histoires de femmes qui se rendent au poste de police pour dénoncer leurs maris violents mais on leur dit « Vous le méritez ». J'ai des amies qui se sont rendues au commissariat avant la création des unités de prise en charge pour les femmes victimes de violence. Selon elles, c'était un cauchemar...
Date:
Khawla Tachfini, 25 ans, et Mohamed Ouslimane, 35 ans, sont bénévoles de la Fondation Ytto connue pour ses caravanes sociales dans les zones rurales les plus enclavées. Avec des dizaines d’autres volontaires, ils sillonnent les villages marocains depuis douze et sept ans respectivement avec un seul objectif : sensibiliser les familles rurales contre le mariage des mineures.
Date:
La commune rurale d'Imin Tlit (province d'Essaouira, Maroc) est située au milieu de la forêt, riche en herbes aromatiques et médicinales telles que le thym, la lavande ou encore le romarin. Ces plantes étaient jusqu’alors vendues à un prix très faible dans la commune. La coopérative Tudert pour la valorisation des plantes aromatiques et médicinales (PAM) a été créée en 2003, afin d'aider les femmes à améliorer leurs conditions de vie. Malgré le manque de productivité, elles continuaient à venir y travailler pour qu’elle demeure ouverte.
Date:
Les expertes et experts pensent qu’avec l’adoption de la nouvelle loi contre la traite des personnes, les autorités pourront plus facilement mener des enquêtes et engager des poursuites à l’encontre des auteurs de ce crime très répandu.