Présentation de l'étude sur la traite des femmes et des enfants au Maroc

Date : vendredi 8 mai 2015

Le Ministère de la Justice et des Libertés, en partenariat avec ONU Femmes et avec le soutien de la Direction du Développement et de la Coopération Suisse, a organisé mardi 5 mai un séminaire sous le thème des perspectives de la protection juridique et institutionnelle pour les victimes de la traite des personnes, en particulier, des femmes et des enfants.

De gauche à droite: Adriano Küpfer, Directeur de la Coopération Suisse; Leila Rhiwi, Représentante d’ONU Femmes Maghreb; Mustapha Ramid, Ministre de la Justice et des Libertés; (Photo credit: UN Women/Kimja Vanderheyden)
De gauche à droite: Adriano Küpfer, Directeur de la Coopération Suisse; Leila Rhiwi, Représentante d’ONU Femmes Maghreb; Mustapha Ramid, Ministre de la Justice et des Libertés; (Photo credit: UN Women/Kimja Vanderheyden)

L’événement, dont la session d’ouverture a été présidée par le Ministre de la Justice et des Libertés Mustapha Ramid, la Représentante d’ONU Femmes Leila Rhiwi et le Directeur de la Coopération Suisse Adriano Küpfer, a réuni plus d’une centaine de personnes, membres du gouvernement et des institutions nationales, de la société civile, des organisations internationales et de la coopération bilatérale.

Ce séminaire a permis la présentation et la discussion des résultats d’une étude portant sur les différentes formes de la traite des femmes et des enfants au Maroc, ainsi que sur les capacités institutionnelles et de la société civile à y faire face.

L’étude a révélé que la traite des femmes et des enfants au Maroc se manifeste tant à l’échelle nationale que transnationale, affectant les populations marocaines et migrantes. De nombreuses formes de traite et d’exploitation ont ainsi été identifiées par les auteurs de l’étude, comme étant ses manifestations les plus courantes au Maroc. Il s’agit notamment de différentes formes d’exploitation économique, dont le travail domestique constitue une part notable, mais également de la mendicité forcée ou encore de l’exploitation sexuelle.

Après avoir exposé les caractéristiques, les mécanismes relatifs à la prévention, la protection, la prise en charge et la réinsertion des victimes, l’étude recommande l’adoption de mesures législatives prévoyant une incrimination de la traite des personnes et établissant des sanctions.

Un deuxième axe de recommandations concerne la prévention de la traite, à travers une sensibilisation du public, ainsi que la protection des victimes, à travers une réponse intégrant l’ensemble des acteurs impliqués dans la lutte contre le phénomène.

Enfin, face à une réalité transnationale, le renforcement des partenariats, tant au niveau national qu’international constitue un enjeu majeur.

L’organisation de ce séminaire s’inscrit dans le cadre du projet « Contribuer à une meilleure protection des femmes et enfants victimes de la traite humaine » mis en œuvre depuis 2012 par le Ministère de la Justice et des Libertés et ONU Femmes, avec le soutien de la Coopération Suisse.