Je suis de la Génération Égalité: Zineb Fasiki

Zainab Fasiki, 26 ans, est une dessinatrice de bande dessinée et une ingénieure en mécanique, née à Fès. Dès son plus jeune âge, elle s'intéresse au dessin et à la robotique. À 15 ans, elle a commencé à dessiner des bandes dessinées sur sa tablette et son ordinateur. En 2017, elle a obtenu son diplôme d'ingénieure d'État en mécanique à Casablanca. Révoltée par la discrimination dont elle a été victime dans le domaine de la mécanique et le harcèlement sexuel qu'elle a subi dans la rue et après avoir collaboré à plusieurs projets artistiques, Zineb a décidé de devenir artiste et a créé la bande dessinée illustrée et le projet Hshouma (honte), qui vise à briser les tabous au Maroc et à changer la façon dont les femmes et leurs corps sont perçus dans la société.

Date : mardi 1 juin 2021

Generation Equality
Crédits photo: OJ Robert
Crédits photoOJ Robert

Que signifie pour vous le leadership féminin ?

Pour moi, le leadership féminin consiste à prendre des initiatives pour défendre les communautés qui sont victimes de discriminations politique, sociale, économique et religieuse afin de sensibiliser la société à l'égalité et à une réforme juridique fondée sur la protection des citoyen·ne·s, indépendamment de leur sexe, de leur race, de leur classe sociale, de leur religion ou de leur orientation sexuelle.

Qu'est-ce qui vous a poussée à devenir féministe ?

Le fait d'être une femme dans une culture patriarcale m'a rendue féministe. De plus, je n'ai pas accepté toutes les règles sociales sur la « femme respectée ». Je crois que toutes les femmes devraient être respectées pour ce qu'elles choisissent d’être et ce qu'elles font, et qu'il faut mettre fin au regard masculin et au patriarcat qui contrôlent encore aujourd’hui nos décisions.

Comment mettez-vous en œuvre le féminisme dans votre vie ?

J'utilise l'art, la littérature et les médias sociaux pour illustrer les messages adressés à la société et aux dirigeant·es politiques du Maroc à travers mes livres et mes œuvres d'art. Et particulièrement la nudité féminine dans l'art, car je pense que le corps féminin est encore contrôlé par le patriarcat. En 2018, j'ai créé à Casablanca un collectif féministe appelé Women Power pour soutenir les jeunes filles talentueuses souhaitant devenir artistes et les encourager à réaliser leur rêve à travers des ateliers avec des coachs. La même année, j'ai créé le projet Hshouma, qui signifie honte, pour aborder la "culture hshouma" au Maroc qui contrôle le corps féminin et contribue à la culture du viol. Je suis autrice de bandes dessinées qui parlent de l'inégalité des sexes, des identités sexuelles, des orientations sexuelles, de la laïcité et des libertés individuelles dans les pays islamiques.

Comment et pourquoi le leadership féminin est-il important aujourd'hui, notamment dans la lutte contre le COVID-19 et ses retombées ?

Nous avons besoin d'un leadership féminin aujourd'hui car la pandémie a creusé le fossé entre les classes sociales et renforcé le pouvoir du patriarcat, de nombreuses femmes ayant souffert de violences domestiques et de féminicides. De plus, comme les réseaux sociaux sont devenus le refuge des gens pendant la pandémie, il y a eu beaucoup de cyberviolence contre les femmes et les minorités. C'est pour cette raison notamment que nous devons maintenir le mouvement du féminisme afin de leur rendre justice.

Quelle leader féministe vous inspire et pourquoi ?

La leader féministe qui m'inspire est l'écrivaine et sociologue marocaine Fatima Mernissi. Elle a écrit sur la sexualité dans la politique et l'islam, ainsi que sur son enfance dans un harem domestique traditionnel. Elle est née à Fès, la ville où je suis née également.

Veuillez mentionner trois choses que tout·e dirigeant·e peut faire pour diriger avec des principes féministes.

  1. Défendre toutes les femmes en n’excluant personne.
  2. Ne jamais craindre les menaces et nous rappeler que la défense de notre liberté est notre objectif, quel qu'en soit le prix.
  3. Nous rappeler que notre objectif est de parvenir à la paix et de ne jamais utiliser la violence pour parvenir à la paix. Nos outils sont l'art, la littérature, la politique, la philosophie... et l'amour !

 

Pour en savoir plus sur la campagne Génération Egalité, RDV sur le site d'ONU Femmes: https://www.unwomen.org/fr/get-involved/beijing-plus-25/generation-equality-forum