Ségrégation et insécurité: les usages féminins de l’espace public casablancais

Auteurs / éditeurs : Rabéa Naciri

Le choix fait par l’Association Marocaine de Lutte contre les Violences à l’égard des Femmes (AMVEF) de la problématique des violences fondées sur le genre pour questionner la gouvernance et la redevabilité des pouvoirs publics s’avère très pertinent. Ce choix permet d’initier un chantier resté quasi vierge à ce jour. Si les voix des associations féministes se sont élevées depuis plusieurs années pour dénoncer le harcèlement sexuel à l’encontre des femmes dans les rues - problème ayant pris une grande ampleur, toutefois, la problématique des violences/sécurité urbaines en relation avec la dimension genre n’a pas encore été appréhendée au Maroc.

La présente étude s’attache à examiner la redevabilité des politiques publiques tant au niveau national que local par rapport à la sécurité des femmes, ainsi que la prise en compte des expériences qu’ont les femmes des violences dans l’espace public et privé dans le Grand Casablanca et, en particulier, dans la préfecture de Bernoussi/Sidi Moumen.

Visionnez / téléchargez

Version en FR

Informations bibliographiques

Couverture géographique : États arabes / Afrique du Nord ; Maroc

Thèmes : Égalité des sexes et autonomisation de la femme

Type de ressource : ;

Bureau d’ONU Femmes impliqué dans la production :

Année de publication : 2013

Nombre de pages : 208

Entités éditrices : Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes