Maroc : Les femmes semencières à l’honneur pour la Caravane d’information et de sensibilisation de Dar Bouazza

C’est dans une atmosphère chaleureuse et conviviale que s’est tenue, samedi 6 février 2016 à Dar Bouazza, la Caravane d’information et de sensibilisation en soutien au projet « Appui aux Femmes Semencières pour un Développement égalitaire, solidaire et durable au Maroc ».

Date : lundi 8 février 2016

Caravane d’information et de sensibilisation Femmes Semencières. Photo: ONU Femmes/Kimja Vanderheyden
Caravane d’information et de sensibilisation Femmes Semencières. Photo: ONU Femmes/Kimja Vanderheyden

Organisé au centre de la ferme pédagogique Jnane Lekbir, l’événement a débuté par un mot de bienvenue de l’équipe Terre et Humanisme Maroc, qui a rappelé l’importance de l’agro-écologie, dont la philosophie se fonde sur l’idée que : « la pratique agricole ne doit pas se cantonner à une technique, mais envisager l’ensemble du milieu dans lequel elle s’inscrit avec une véritable écologie ». Dans ce domaine, la semence étant source de vie, occupe une place singulière et incontournable.

Leila Rhiwi, représentante de l’ONU Femmes Maghreb, a ensuite pris la parole pour exprimer sa profonde satisfaction d’avoir soutenu un projet aussi intéressant et fructueux, qui tout en promouvant l’agro-écologie est centré sur l’autonomisation économique des femmes et leur rôle dans les réponses aux changements climatique. L’importance de la nourriture bio et de l’agriculture en générale a aussi été rappelée par différents intervenants : toute la société, et notamment la ville, repose sur le travail des agriculteurs et agricultrices. Dans cette perspective, le rôle capital que jouent les femmes semencières dans la sécurité alimentaire a été largement illustré au cours de la journée.

Caravane de sensibilisation Femmes Semencières. Photo: ONU Femmes/Kimja Vanderheyden
Caravane de sensibilisation Femmes Semencières. Photo: ONU Femmes/Kimja Vanderheyden

Mme Meriem Bolata, chargée du projet auprès d’ONU Femmes, a par la suite rappelé son historique et ses réalisations sur les quatre sites marocains : à Dar Bouazza (Casablanca), Ghafsaï (Taounat), Tolouine (Errachidia) et Skoura (Rhamna). Le projet a remporté un véritable succès : plusieurs ateliers ont été organisés dans ces régions pour former des femmes semencières, qui ont ensuite pu partager à leur tour ce savoir à d’autres femmes. Plusieurs femmes bénéficiaires de ce programme, dont certaines avaient fait la route depuis Tolouine, ont ainsi eu l’occasion de témoigner de leur expérience personnelle au cours de la journée.

Les discussions ont ensuite porté sur les conclusions de la COP 21. Les questions étaient nombreuses concernant les résultats de cette conférence internationale, donc l’accord doit encore être ratifié. Cet intérêt pour la COP 21 s’explique par le lien direct entre le projet et le respect de l’environnement, ainsi que par le contexte de préparation à la COP 22 qui se tiendra à Marrakech en fin d’année.

Par ailleurs, des stands étaient disposés dans le jardin pour que le public ait la possibilité d’acheter des semences ou des produits réalisés par des associations, tels que des tapis ou des sacs créés à partir d’objets de récupération. Des paniers de légumes bios étaient aussi proposés par des productrices locales.

De nombreuses personnes ont répondu présent pour l’occasion, avec notamment la participation de femmes semencières, les équipes de Terre et Humanisme Maroc et d’ONU Femmes Maghreb, mais aussi des journalistes et un large public. La caravane poursuivra sa route jusque dans la région de Rehamna, près de Marrakech, à la ferme « Carrefour des initiatives et pratiques agro-écologiques – Pierre Rabhi » le 7 mai 2016.

Caravane d’information et de sensibilisation Femmes Semencières. Photo: ONU Femmes/Kimja Vanderheyden