Maroc-Nations Unies : un partenariat reconduit en faveur de l’harmonisation et l’évaluation de ses politiques publiques

Un accord de partenariat a été signé par le Ministre des Affaire générales et de la gouvernance (MAGG), Lahcen Daoudi, le Coordinateur résident de l'ONU au Maroc, Philippe Poinsot, la Représentante résidente adjointe du PNUD au Maroc, Ayshanie Medagangoda-Labé, la Représentante de l’UNICEF au Maroc, Regina De Dominicis, la Représentante du Bureau Multi-pays de l’ONU Femmes au Maghreb, Leila Rhiwi et le représentant de l’OMS au Maroc par intérim, Jaouad Mahjour, à Rabat le jeudi 05 Octobre 2017.

Date : vendredi 20 octobre 2017

Harmonisation et Evaluation des Politiques Publiques : lancement de la deuxième phase du projet conjoint entre le MAGG et les Nations Unies au Maroc
Les signataires du programme HEPP2/PNUD

 

Le Maroc, a connu, durant la dernière décennie, de grands chantiers institutionnels tels que la régionalisation avancée, et a renouvelé à travers la Constitution de 2011 son engagement à la consolidation des droits humains et à l’élimination des discrimination fondées sur le genre. Ces avancées sont étroitement liées aux efforts entamés en termes de libertés publiques, et de renouvellement institutionnel, afin de mettre en place un climat politique favorisant l’évolution de la société vers le développement humain et la réduction des inégalités.

Lancée en 2013 par le Ministère des Affaires générales et de la Gouvernance conjointement avec le système des Nations Unies au Maroc, la première phase du programme d’Harmonisation et d’Evaluation des Politiques publiques (HEPP1) a adopté une démarche intersectorielle en faveur de la convergence et du suivi des politiques publiques. Cette deuxième phase du programme conjoint (HEPP2), vient consolider les instruments de coordination, d’harmonisation et de suivi de l’action publique développés lors de la première phase dans une démarche de gestion axée sur les résultats et sur l’équité. Ce programme se veut donc une initiative axée sur les politiques publiques prioritaires qui prête une attention particulière à l’égalité de genre et à l’autonomisation des femmes.  

Avec un budget global de plus d’un millions et demi dollars, ce deuxième cycle prévoit plus précisément la production et la mise en place des dispositifs institutionnels de coordination et d’évaluation des politiques publiques ; l’appui de la convergence des politiques publiques dans les domaines prioritaires, notamment la protection sociale et les déterminants sociaux de la santé ; et l’accompagnement du suivi et de l’évaluation des politiques publiques pour une meilleure convergence et performance de l’action publique.

Partenaire clé du programme, ONU Femmes contribuera à l’élaboration et à la revue des documents techniques pour une prise en compte de l’égalité de genre dans les actions du programme et s’engage à la mobilisation du réseau des expert.es nationaux/internationaux de l’évaluation sensible au genre des politiques publiques. ONU Femmes accompagnera aussi les échanges et le partage des expériences internationales en matière d’intégration de l’égalité de genre dans les processus d’évaluation des politiques publiques, en particulier les échanges sud-sud.

En matière de politiques publiques, ONU Femmes Maghreb œuvre dans les domaines de la gouvernance qui sont les plus à même d’accélérer les progrès accomplis vers l’égalité des sexes. Adoptant une approche transformative, ONU Femmes et ses partenaires visent ainsi l’atteinte de résultats concrets à travers l’institutionnalisation du genre par le renforcement des capacités des agents de la fonction publique à intégrer des mesures relatives à l’égalité des sexes dans les plans et les budgets et établir des ponts entre stratégies de développement nationales et les objectifs de l’égalité des sexes.