Crise du COVID-19 : La chaîne de valeur interrompue, un défi pour les coopératives féminines

Suite à la déclaration de l’état d’urgence sanitaire au Maroc, lumière sur les défis auxquels font face tous les jours les femmes rurales pour maintenir l’activité de leurs coopératives.

Date : lundi 1 juin 2020

Photo : ONU Femmes / Coopérative Tudert

Photo : ONU Femmes / Coopérative Tudert

Yamna, co-fondratrice de la coopérative Tudert, raconte que, dans la commune d’Imin Tlit, province d’Essaouira, les femmes de la coopérative continuent l’activité de collecte des plantes aromatiques et médicinales (PAM), à savoir le thym, la lavande, le romarin et la sauge, et ce pour profiter de l’année agricole tout en respectant les mesures de prévention sanitaire.

Cependant, la crise sanitaire a engendré la fermeture des unités de séchage et d’emballage. La chaîne de valeur à laquelle est liée la coopérative se voit ainsi interrompue et avec elle la continuité de leur activité génératrice de revenus.

« Les contraintes climatiques encouragent les femmes des coopératives à Kissane à ne pas dépendre uniquement de leur activité agricole », explique Souad Azennoud, Présidente de la coopérative Ariaf, à Ghafsai dans la région de Kissane. « Afin de pouvoir subvenir à leurs besoins financiers, ces personnes diversifient leurs canaux d’activités dans l’élevage, le commerce, l’artisanat ou encore, dans le tourisme. ». Toutefois, ces domaines ont tous été directement ou indirectement affectés par l’état d’urgence sanitaire, mettant ainsi ces femmes dans un état de précarité critique.

Ces coopératives féminines se retrouvent également avec de grandes quantités de matières premières pour lesquelles il est difficile de poursuivre la transformation, tels que les olives collectées par la coopérative Ariaf. « Il faudrait que ces femmes soient soutenues pour orienter la vente de leurs produits vers des plateformes en ligne afin de pour pouvoir minimiser les pertes financières », conclut-elle.

 

 Photo : ONU Femmes / Coopérative Ariaf

Photo : ONU Femmes / Coopérative Ariaf

Pour rappel, les coopératives Tudert et Ariaf ont reçu l’appui de l’ONU Femmes dans le cadre du Programme d’appui à l’autonomisation économique des femmes rurales à travers la promotion de la chaîne de valeur agroécologique pour une meilleure résilience au changement climatique avec le soutien financier de la Fondation Coca-Cola.