"Violences faites aux femmes et aux filles en temps de crise – l'expérience du confinement au Maroc"

Rapport d’analyse qualitative sur les violences faites aux femmes pendant le confinement au Maroc

Une vingtaine d’organisations de la société civile (OSC) ont collaboré à l’élaboration d’un rapport d'analyse qualitative des appels reçus par leurs cellules d'écoute de femmes victimes de violences durant le confinement. La coordination du rapport a été appuyée par ONU Femmes dans le cadre du projet « Prévention et intervention améliorées en cas de violences faites aux femmes au Maroc » financé par le gouvernement du Canada.

Ce rapport repose sur la mise en commun des informations collectées auprès des femmes et des filles ayant contacté les centres d’écoute associatifs entre le 20 mars et le 30 mai 2020. Il porte sur les différentes formes de violences (physique, psychologique, économique, sexuelle, juridique) dans différents contextes (conjugal, familial, numérique, institutionnel, espace public, professionnel) et a pour objectif de dresser un portrait des vécus de ces femmes et des obstacles rencontrés dans leur accès aux services grâce à l’analyse de 2778 appels sur les 4768 appels reçus par les OSC. Sur la base de ces données, le rapport formule des recommandations concrètes à l’adresse des pouvoirs publics, acteurs associatifs, femmes en situation de violence et du grand public quant à la gestion inclusive de la crise sanitaire.

Le rapport pointe les effets des mesures de confinement en termes de pressions économiques et sociales sur les individus et les ménages, particulièrement l’accentuation des violences à l’égard des femmes et des filles. A l’instar du reste du monde, le Maroc manque de données quantitatives nationales sur les violences durant le confinement. Ce rapport se veut donc un éclairage qualitatif du point de vue de 19 centres d’écoute associatifs s’étant mobilisés pour assurer une assistance aux victimes en dépit des contraintes et de moyens limités.

 

Visionnez / téléchargez

 

Organisations de la société civile ayant contribué à l’étude :

Association ADALA; Association Mouvement Twiza; Association al Bassma pour le développement de la femme et enfant; Association Tahadi pour l’Egalité et la Citoyenneté (ATEC); Association Fondation YTTO; Association Troisième Millénaire pour le Développement de l’Action Associative au Sud – Réseau ANARUZ (ATMDAS-ANARUZ); Association Aspirations Féminines (AAF); Association Oujda Ain Ghazal 2000; Association Marocaine pour les Droits des Femmes (AMDF); Association Ennakhil; Association Assaida Al Horra Citoyenneté et Egalité; Association Centre Droit Des Gens; Association Initiative pour la Protection des Droits des Femmes – Beni Mellal (IPDF Beni Mellal); Association INSAF-Casablanca; Association Solidarité Féminine (ASF); Association Assana Annissaiya; Association INSAT-pour la lutte contre les violences envers les femmes Beni Mellal (INSAT Beni Mellal); Association Meilleur Avenir pour Nos Enfants – AMANE; Association Espace Associatif Féminin Ait Ourir

 

Informations bibliographiques

Couverture géographique : États arabes / Afrique du Nord ; Maroc

Année de publication : 2020