Nouveau programme de coopération en Algérie pour renforcer l’effectivité de l’égalité des droits entre les hommes et les femmes

Date : jeudi 1 octobre 2015

Appuyer les dynamiques institutionnelles et de la société civile, visant la défense et la promotion des droits humains des femmes en Algérie, en faveur d’une égalité effective entre les deux sexes, est l’objectif du nouveau programme de coopération signé le jeudi 1er octobre 2015 à Algers.

Endossé par ONU Femmes et avec le soutien financier de la Belgique, les activités du programme se centrent autour de trois axes d’intervention. Le premier axe se concentrera sur la promotion de la participation politique des femmes à travers le renforcement de la capacité des élues aux niveaux national et local, de sorte à ce qu’elles détiennent une véritable influence dans la prise de décision.

Le second axe ciblera la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes, dont l’amélioration de la prise en charge des victimes, conformément au Plan d’action pour la mise en œuvre de la Stratégie nationale de lutte contre ce phénomène.

Enfin le dernier axe s’articulera sur la diffusion des valeurs de l’égalité à travers les médias, appelés à jouer un rôle actif de sensibilisation via les différents supports dans le sens d’un plaidoyer de promotion du discours, des opinions et des pratiques non sexistes, notamment auprès du jeune public.

Signe de l’intérêt qu’accorde le gouvernement à ce programme, plusieurs ministères seront impliqués dans sa mise œuvre. Il est question de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la Femme, de la Communication et celui de l’Intérieur et des Collectivités locales. Les deux chambres du Parlement seront également associées à ce programme ainsi que les représentants de la société civile (associations, organisations diverses).

Ce programme s’inscrit en droite ligne du nouvel agenda de développement (2015-2030) de l’ONU consacrant les femmes comme «des ayant droits à part égale de tous les droits humains, universels et indivisibles». Ceci est valable dans les domaines civil, politique, économique, social, culturel ou environnemental. Pour l’Algérie c’est une belle opportunité de booster les droits de la femme qui a bénéficié ces derniers temps d’acquis indiscutables notamment dans la sphère politique où un quota de représentation est même exigé pour les partis sur leurs listes électorales sous peine d’être invalidées.

Le programme s’étale sur une durée de deux ans (2015-2017) et bénéficie du soutien financer die la Belgique à hauteur de 1,5 million d’euros.